Les français juifs et l’extrême-droite

Bloch.png

Ainsi, c’est fait ! Selon Libération, une « Union des patriotes français juifs » est en train de voir le jour. Selon Michel Thooris, son président, il s’agit d’améliorer l’image du Front national auprès des électeurs juifs. Ce monsieur est aussi membre du comité central du FN

http://www.liberation.fr/france/2016/04/25/une-association-pour-promouvoir-le-fn-aupres-des-electeurs-juifs_1448528

L’initiative est intéressante et il est, bien entendu, trop tôt pour savoir ce que cette association va devenir. Cela posé, et sans faire de comparaison – les situations sont entièrement différentes- rappelons quelques éléments historiques. Ce n’est pas la première fois que des personnalités et des organisations juives se tournent vers l’extrême droite. Prenons, par exemple, L’Union patriotique des français israélites, fondée en 1934 par Edmond Bloch. Cet avocat, né en 1884 dans l’Aisne, ancien combattant, était violemment hostile aux socialistes, aux communistes et… aux immigrés juifs. Il faisait la corrélation entre la montée de l’antisémitisme en France et l’immigration juive et n’hésitait pas à prendre la parole à des meetings aux côtés d’auteurs antisémites comme Charles Maurras, Léon Daudet, Jacques Doriot et Xavier Vallat.

En 1937, le rabbin Jacob Kaplan a refusé l’invitation de Bloch de participer à une réunion organisée par Jean Goy, le président de l’Union des nationale des combattants qui était aussi un dirigeant du comité France-Allemagne et fervent partisan d’une entente avec Hitler. L’Union patriotique des français israélites refusait l’adhésion des juifs immigrés même s’il s’agissait d’anciens combattants décorés. Son principal adversaire au sein de la population juive est la Ligue internationale contre l’antisémitisme, présidée par Bernard Lecache, son fondateur qui lutte contre le fascisme. La plupart de ses militants sont des Juifs, souvent immigrés.

L’historien Ralph Schor rappelle que des juifs ont rejoint des mouvement d’extrême droite comme l’Action française et la Ligue fasciste des francistes. Des personnalités israélites ont participé à la souscription destinée à offrir son épée à Charles Maurras lors de son élection à l’Académie française.

La plupart de ces éléments, minoritaires au sein du judaïsme français était anti-sionistes et violemment opposés au Front populaire dirigé par Léon Blum, lui même pro-sioniste.

Arrêté pendant l’occupation, Bloch a été libéré grâce à l’intervention de son ami Xavier Vallat, patron du Commissariat aux questions juives sous Pétain.

Bien entendu, tout cela n’a rien à voir avec l’Union des patriotes juifs qui vient de voir le jour.

Les sources de cet article : Ralph Schor L’Antisémitisme en France dans l’entre-deux-guerres. Éditions Complexe. P. 211 et 287. David Shapira. Jacob Kaplan. Albin Michel. P. 82-83. Les Juifs de France. Ed. Liana Levi. P.148-149

 

L’académicien et Israël

Au gré de mes pérégrinations sur le web, je suis tombé sur une émission diffusée par Causeur en coopération avec RCJ. Élisabeth Lévy dialogue avec Alain Finkielkraut qui nous fait part de ses réflexions sur l’exécution d’un palestinien à Hébron le 24 mars dernier. http://www.cjfai.com/eventmaster/2016/04/05/finkielkraut-israel-et-la-volte-face-de-netanyahou/

Abdel Fattah Al-Sharif gisait au sol, grièvement blessé, après avoir agressé au couteau un militaire israélien en compagnie d’un autre assaillant qui, lui, avait été tué sur le coup. La scène, filmée par un volontaire de B’Tselem, l’ONG de défense des droits de l’homme montre, onze minutes plus tard, un soldat achevant al-Sharif d’une balle dans la tête. L’auteur de cette exécution extrajudiciaire s’appelle Elor Azaria. Il effectue son service militaire dans la brigade Kfir, déployée en Cisjordanie. Les médias francophones découvriront qu’il a la nationalité française par ses parents, arrivés en Israël il y a une trentaine d’année. Il est traduit devant la justice militaire sous l’accusation d’homicide.   On trouve sur les sites du Point et du Monde des articles racontant les divers aspects de cette affaire.

http://www.btselem.org/firearms/20160324_soldier_executes_palestinians_attaker_in_hebron

Mais, revenons à l’émission d’Élisabeth Lévy. D’entrée de jeu, l’académicien met en pièce l’article signé par Florence Noiville dans le Monde et consacré à la disparition d’Imre Kertesz, écrivain hongrois, prix Nobel de littérature en 2002. Il cite des extraits de « L’Ultime Auberge », le livre de ce survivant d’Auschwitz, décédé à l’Age de 86 ans : «  L’Europe s’aplatit devant l’Islam, le supplie de lui faire grâce. L’Europe ne veut pas se défendre etc. ». Et, ce qui fâche Finkielkraut, c’est ce passage de la journaliste : «  Pourtant – hormis peut-être dans son dernier ouvrage L’Ultime auberge (2015) où l’on trouve ça et là quelques remarques déconcertantes de sa part (mais peut être dues au grand âge,) sur l’Europe et l’Islam – il y a toujours quelque chose de profondément lumineux et d’éminemment généreux chez Kertész. » http://abonnes.lemonde.fr/disparitions/article/2016/03/31/l-ecrivain-hongrois-imre-kertesz-prix-nobel-de-litterature-est-mort_4892850_3382.html?xtmc=imre_kertesz&xtcr=2

 Étude de texte

Le philosophe, dont on connaît le peu d’attrait pour l’Islam, n’apprécie donc pas la critique implicite que fait Florence Noiville de la vision qu’a l’écrivain de l’Europe.

A 5min 47 de la vidéo, Élisabeth Lévy intervient : «  L’ultime auberge est considéré par le Monde comme un effet de son grand âge. De son gâtisme»

Finkielkraut : «Lorsqu’un survivant d’Auschwitz s’avise de sortir des sentiers battus du devoir de mémoire. Le couperet tombe. Il est gâteux. Rien ne peut démentir le politiquement correct. Ils sont diagnostiqués Alzheimer. »

Donc, le Monde serait très critique du livre de Kertész, considérant qu’il a été écrit par un vieillard n’ayant plus sa tête. Mais, curieusement, en fouillant les archives récentes du Monde, on découvre que c’est tout le contraire. Peu après la publication de L’Ultime Auberge, la même Florence Noiville, a publié un article dithyrambique dont voici un extrait : « Intensément poignant, alliant l’intelligence à la subtilité et la férocité au mystère, L’Ultime Auberge est aussi le dernier volet d’une trilogie commencée avec Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas (Actes Sud, 1995) et poursuivie dans ­Liquidation (Actes Sud, 2004). Ces trois ­livres s’inscrivent dans un temps cyclique. Ils forment un cercle. Une entreprise impossible à résumer où, avec une probité et une lucidité sans faille, Kertész ­regarde l’existence avec la distance d’un sage – presque « en étranger » –, ce qui ne l’empêche pas de la boire « jusqu’à la dernière goutte », tout en nous donnant furieusement envie de faire de même. » Pas un mot de gâtisme ou d’Alzheimer. http://abonnes.lemonde.fr/livres/article/2015/02/11/forces-vitales-d-imre-kertesz_4574568_3260.html?xtmc=l_ultime_auberge&xtcr=3

Badiou et Israël

Madame Lévy rappelle à son invité qu’il faut passer au sujet annoncé en début d’émission et, à 8 min 43 sec : l’affaire d’Hébron. Finkielkraut promet d’en parler, mais d’abord se lance sur un autre texte de Kertész. « Regards sur une ville déchirée » écrit après un séjour à Jérusalem en avril 2002. Extrait : « A présent, je suis sur ce balcon, au septième étage, et ne peux pas mieux ici qu’à Berlin ou Budapest juger de ce qui se trame vraiment. A ce moment, je ne réfléchis même pas à la situation locale, mais plutôt à la réaction européenne. On dirait que, des profondeurs de l’inconscient, l’antisémitisme dont on a pendant des années serré le mors rejaillit comme une coulée de lave sulfureuse. Sur l’écran de télévision, je vois, à Jérusalem et ailleurs, des manifestations dirigées contre Israël. Je vois en France les synagogues incendiées et les cimetières profanés. A quelques centaines de mètres à peine de mon domicile berlinois, près du Tiergarten, deux jeunes Juifs américains ont été agressés et roués de coups

J’ai vu à la télévision l’écrivain portugais Saramago, penché sur sa feuille de papier, qui comparait les agissements d’Israël contre les Palestiniens à Auschwitz – une preuve que l’auteur n’a pas la moindre idée de l’inadéquation scandaleuse du parallèle qu’il a tracé, et qui plus est, que le concept bien connu sous le nom de Auschwitz, dont la définition dans le consensus européen était jusqu’à présent constante, peut aujourd’hui d’ores et déjà être employé de manière populiste et à des fins populistes. Je me demande s’il ne faudrait pas faire une distinction entre une disposition hostile à Israël et l’antisémitisme. Mais est-ce seulement possible ? Comment comprendre que, deux continents plus loin, en Argentine – où en ce moment, les gens ont d’ailleurs bien assez à faire avec leurs propres soucis -, on en arrive à des manifestations contre Israël ? »

L’académicien reprend : « Les Juifs et les Israéliens, avec leur état ethnique, ne sont-ils pas les mauvais élèves de la classe européenne, ceux qui ne respectent pas la feuille de route du devoir de mémoire. Badiou le dit sans ambages, s’il y a un état nazi aujourd’hui dans le monde, c’est Israël »

Élisabeth Lévy : « Badiou dit état nazi ? »

Alain Finkielkraut : « Oui, à peu près ! A peu près ! Un état successeur de l’antisémitisme hitlérien. »

Là, j’avoue que je suis bluffé. N’étant pas un lecteur de Badiou, j’ai cherché cette citation sur le web. En vain. Contacté, un ami parisien, philosophe m’a répondu : « Certes, les positions de Badiou sur Israël sont discutables mais je ne l’ai jamais entendu qualifier Israël de nazi.. »

La minorité arabe et la démocratie

Finkielkraut mentionne ensuite « certains commentaires » – il ne dit pas lesquels- qualifiant Israël, d’état raciste : «  C’est cet antiracisme qui relance aujourd’hui l’antisémitisme en délivrant la permission de haïr. On devrait au contraire s’étonner qu’Israël qui, dans l’état d’urgence où il vit depuis qu’il est né soit resté une démocratie. .. Que les membres de la minorité arabe y jouissent à l’exception du service militaire obligatoire, de l’entièreté des droits civiques, sont représentés au parlement et ont donné un de ses cinq membres à la cour suprême… » Excusons son erreur, la Cour suprême israélienne compte en fait quinze juges, parmi lesquels, Salim Jubran, un chrétien de Haïfa.

Visiblement, notre académicien n’est pas gêné par le projet de loi constitutionnelle que Benjamin Netanyahu entend faire adopter. Il s’agit de redéfinir Israël comme l’État-nation du peuple juif. Selon ce texte le législateur devrait s’inspirer des principes du judaïsme. Le régime serait défini comme démocratique mais seuls les Juifs y auraient des droits collectifs. Les musulmans et les chrétiens – les « arabes » dont parle Finkielkraut – ne jouiraient que de droits personnels prévus par les lois.

Netanyahu transgresse

Vers 13 min 40 sec, il finit par rappeler la volte-face de Benjamin Netanyahu qui, après avoir, dans un premier temps, déclaré que le geste du soldat ne représentait pas les valeurs de l’armée, a téléphoné au père du soldat pour lui exprimer son empathie et « promettre que l’enquête tiendra compte de toute la complexité de la situation. Transgressant ainsi allègrement la frontière constitutive de l’état de droit entre le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire »

Élisabeth Lévy rappelle les sondages très favorables au soldat. Et Finkielkraut de se lancer dans une défense de la société israélienne : «  Il est incontestable que l’Intifada des couteaux fait vivre les israéliens dans une tension extrême. Le danger peut surgir partout et à tout moment. » Vivant à Jérusalem depuis plus de quatre décennies, je dois dire que j’ai connu des période infiniment plus tendues. A Paris et à Bruxelles après les attentats j’ai trouvé les français et les belges beaucoup plus inquiets que les israéliens.

Une frange hyper nationaliste?

Le gouvernement israélien devrait, dit-il, chercher une issue au statut quo politique actuel, qui n’est plus tenable… Mais, qui en est responsable selon lui ? « Il est beaucoup plus difficile d’en sortir que ne le pensent les bons apôtres européens qui oublient ce que la situation actuelle doit à la radicalité des palestiniens. Il n’empêche le rôle du gouvernement d’Israël est de chercher une issue or il ne la cherche pas. Parce que sa frange hyper nationaliste, suivie par une partie de l’opinion ne lui laisse aucune marge de manœuvre. On préfère donc la guerre à relativement bas bruit qu’est l’Intifada des couteaux à la guerre civile qu’entrainerait nécessairement le démantèlement d’une grande partie des colonies ». C’est un scoop ! Oublier que la majorité de la coalition gouvernementale du Likoud de Benjamin Netanyahu, jusqu’au Foyer juif de Naftali Bennet en passant par une partie des membres orthodoxes du Shass sont fermement opposés à la création d’un état palestinien et soutiennent la poursuite de la colonisation de la Cisjordanie où vivent plus de 400 000 mille israéliens.

Retraits?

A aucun moment, l’académicien n’utilise le mot « occupation ». Il n’évoque les palestiniens que pour parler de leur « radicalité », et oublie l’action sécuritaire de l’Autorité autonome de Mahmoud Abbas qui, coopérant avec les forces israéliennes lutte contre le Hamas et maintient le calme dans les villes palestiniennes. S’il n’y a pas d’accord c’est parce que « Certains israéliens se méfient des palestiniens après le retrait du Liban, après le retrait de Gaza et considèrent qu’ils sont plus en sécurité comme cela. » L’explication est un classique de la communication de Netanyahu : « Israël se retire de territoires et l’Islam radical s’y installe ! Nous ne pouvons donc pas effectuer de concessions territoriales » En fait, le retrait du Sud-Liban n’avait rien à voir avec les palestiniens. C’était le résultat de la guerre désastreuse menée par Ariel Sharon et Menahem Begin au Liban en 1982. Une de ses conséquences fut le développement du Hezbollah. Comme pour Gaza, il s’agissait de retraits unilatéraux, non négociés, les responsables israéliens sachant parfaitement qu’ils laissaient ainsi le champ libre à l’Islam radical.

Les deux camps d’Israël

Alain Finkielkraut garde un silence assourdissant face à la campagne anti- démocratique menée par la droite, ses représentants au gouvernement et ses ONG extrémistes contre la gauche anti-annexionniste. En 1985, il a participé au premier dialogue entre intellectuels juifs de France et d’Israël, intitulé : Les juifs entre Israël et la Diaspora. J’ai publié sur ce blog des extraits de « La lettre à un ami juif français » de Yaïr Auron, l’organisateur de cette rencontre. En voici la conclusion : « Israël, en 1985, est une réalité très complexe au sein de laquelle se déroule une lutte entre deux visions opposées du monde. L’une composée d’éléments nationalistes et extrémistes, anti-démocratiques et xénophobes et l’autre d’éléments humanistes, libéraux et démocratiques qui ont représenté le courant central du sionisme, en recul constant depuis plusieurs années. Il me semble que c’est de ce conflit que se déterminera l’avenir d’Israël. Son issue aura des conséquences déterminantes sur l’avenir du peuple juif en tant que tel à l’aube du XXIème siècle. Quelle place et quel rôle occuperez-vous, intellectuels juifs dans ce combat ? ». Alain Finkielkraut se dit inquiet pour l’avenir d’Israël et admet que les partisans de la colonisation sont en train de construire un État où les juifs deviendraient minoritaires. Mais, est-il dans le camp de l’opposition sans concession aux forces anti-démocratiques qui, en Israël et au sein des communautés juives, mènent Israël à la catastrophe ?

PS: On me signale que dans une conférence le 4 mars, au CCLJ à Bruxelles, Finkielkraut a déclaré : « C’est un intérêt vital. L’occupation de la Cisjordanie, quelle que soit l’attitude des Palestiniens, est une catastrophe politique, économique et morale pour Israël ». Dont acte. Il serait bien qu’il le déclare, plus souvent et pas seulement devant un public juif favorable à La paix maintenant.

 

 

Un appel resté lettre morte..

En 1985, dans le cadre du « Premier dialogue entre intellectuels juifs de France et d’Israël », Yaïr Auron a publié cette Lettre à un ami juif français.. extraits:
« […] Israël se trouve à la croisée des chemins et doit décider de son avenir. L’États risque de s’engager dans une voie sans issue qui pourrait devenir impraticable pour beaucoup d’entre nous en tant qu’êtres humains que Juifs et qu’Israéliens. […] Israël s’est abstenu de définir son avenir. Ce non-choix, nous a entrainé dans la situation actuelle, celle où nous sommes en train de choisir de garder des territoires et de renoncer à la paix. C’est une décision capitale dans l’histoire de l’État d’Israël.
L’occupation des territoires [palestiniens] depuis 18 ans créent une réalité nouvelle. […] certains affirment que les implantations ont créé une réalité inchangeable et qu’en fait – sur le plan interne- l’option de rendre les territoires n’existe plus. Si cette affirmation est vraie ses conséquences sont considérables. Cela signifierait que nous avons accepté de vivre sans la paix et que nous sommes également coupables et responsables de cette situation de non-paix. Il y a quelques semaines, le premier contingent de jeunes nés après la guerre de Six jours a été enrôlé. Pour ces jeunes, la réalité de l’occupation et du « Grand Israël » est la seule qu’ils connaissent. Elle a pour signification le fait de devoir gouverner une population arabe ; mais il en émane aussi une peur profonde, émotionnelle et viscérale de l’Arabe, faite de préjugés.
Ainsi des principes fondamentaux comme l’égalité des hommes, le caractère sacré de la vie, l’antiracisme, la démocratie, la loi, sont remis en question. La réalité de l’occupation, avec tout ce qui en découle et l’absence d’un camp de la paix solide du côté arabe en général et palestinien en particulier ont été propices au renforcement de modèles extrémistes nationaux et religieux proposant des réponses claires mais superficielles à une réalité complexe. » Yaïr Auron donne pour exemple « l’opposition d’une partie importante de l’establishment israélien, de hauts fonctionnaires du ministère de l’éducation, de rabbins respectés etc. à l’organisation de rencontres entre lycéens juifs et arabes citoyens d’Israël. La raison e cette opposition : « la crainte d’une assimilation, de mariages mixtes ou même de conversions de jeunes juifs à l’Islam ». Derrière ce paravent de paroles sacrées se cache un racisme primaire facilement adopté par une partie de la société israélienne. […] Supposons un instant que des ministres du gouvernement français interdisent à des lycéens français non-juifs de rencontrer des lycées Juifs français. Il est facile d’imaginer quelle serait alors la réaction du gouvernement israélien. Il me semble aussi savoir comment vous, jeunes intellectuels juifs français réagiriez.
La question qui se pose à nous maintenant est de savoir quel est le rôle d’un intellectuel Juif français, lorsque des choses de ce genre, parmi d’autres se passent en Israël ? Certains d’entre vous, nous ne l’ignorons pas, se battent en France contre le racisme, exprimant ainsi une longue tradition juive de lutte contre l’oppression et l’injustice. Si c’est votre condition d’être humain qui est à la base de cette mobilisation, dans quels domaines s’étend votre combat en tant que Juifs ?
Israël, en 1985, est une réalité très complexe au sein de la quelle se déroule une lutte entre deux visions opposées du monde. L’une composée d’éléments nationalistes et extrémistes, anti-démocratiques et xénophobes et l’autre d’éléments humanistes, libéraux et démocratiques qui ont représenté le courant central du sionisme, en recul constant depuis plusieurs années. Il me semble que c’est de ce conflit que se déterminera l’avenir d’Israël. Son issue aura des conséquences déterminantes sur l’avenir du peuple juif en tant que tel à l’aube du XXIème siècle. Quelle place et quel rôle occuperez-vous, intellectuels juifs dans ce combat ? « 

Financer l’Autorité palestinienne?

A propos de l’émission de LCP à laquelle j’ai participé.. La situation actuelle est d’une hypocrisie scandaleuse. L’autorité palestinienne ne sert qu’à perpétuer l’occupation. Avec la bénédiction de l’Europe il n’y a aucune négociation alors que la colonisation se poursuit . C’est la situation idéale pour la droite israélienne et il n’y a aucune raison pour que la communauté internationale continue à payer. Que le gouvernement israélien la finance.. cela ferait près de 5 milliards d’Euros pour le budget israélien .. Et que l’on entérine une fois pour toute l’échec du processus d’Oslo.. L’occupation sans fard est plus logique que cette mascarade..Que la communauté internationale relance un véritable processus . Mes interlocuteurs de droite ont d’ailleurs conclu que l’Europe devait continuer de payer. cela fait l’affaire du gvt israélien. Et oui, la direction palestinienne ressemble à une cour byzantine..
Il faut ajouter qu’avec 400 000 israéliens habitant 60% de la Cisjordanie et leur soutien en Israël, même la perspective d’une solution à deux états est désormais pratiquement impossible.. Exiger le maintien du financement par l’étranger de l’Autorité autonome, c’est tout simplement maintenir le statut quo.

BÂILLONNER LA GAUCHE.

Mon analyse cette semaine dans le Monde Diplomatique:

.
Israël à l’heure de l’Inquisition

PAS une semaine ne passe sans que la droite et l’extrême droite israéliennes
prétendent débusquer de nouveaux traîtres. Organisations non gouvernementales (ONG) de gauche qualifiées de «taupes financées par l’étranger» collaborant avec l’« ennemi palestinien »; écrivains, artistes, personnalités politiques : sur le Web, tous ont droit au shaming, c’est-à-dire aux intimidations et aux humiliations, souvent accompagnées d’insultes racistes et de menaces. En raison de leur opposition à l’occupation des territoires palestiniens, ou seulement parce qu’ils défendent la démocratie…

Kippa Kippa

La semaine dernière à Marseille, un lycéen de 15 ans, turc d’origine kurde a attaqué à la machette un enseignant juif. Appréhendé il a déclaré agir pour le compte de Daesh. L’enquête devra démontrer comment il a été mis sur cette voie criminelle. En attendant, le jeune terroriste est mis en examen et détenu pour: ”tentative d’assassinat aggravée en raison de l’appartenance de la victime à une religion déterminée et en relation avec une entreprise terroriste”. Il a repéré sa victime parce qu’elle portait la kippa.
L’affaire est une nouvelle attaque anti-juive venue de l’islamisme radical qui imprègne certaines catégories de jeunes musulmans. Mais elle a déclenché un curieux phénomène de soutien… à la kippa.
Je dois dire que cela me plonge dans un abime de perplexité. Deux députés, Claude Goasguen (LR) et Meyer Habib (UDI), se sont promenés en portant la kippa dans l’Assemblée nationale. Sur Internet, des campagnes “Je suis Kippa” et “ Touche pas à ma kippa” ont fait leur apparition. Hier soir, dans l’émission de Ruquier sur France 2, Yann Moix, qui a déclaré n’être pas juif, a mis la kippa en signe de solidarité. Bien entendu tout un chacun a le droit de se couvrir de n’importe quel signe d’appartenance politique ou religieuse selon les lois de la République.
Cela dit, le port de la kippa dans l’espace public n’a jamais été une obligation religieuse. Moïse ne portait pas la kippa. Cela n’est pas stipulé par la Tora. Mais au 15ème siècle, le rabbin Yossef Ben Ephraïm Karo dans le Choulhan Aroukh, le code de loi juive, a écrit qu’un homme juif ne devait pas faire plus de quatre coudées (deux mètres) la tête nue. Il suffit donc d’avoir un couvre chef. Pendant des décennies, les Juifs observants se déplaçaient hors de chez eux portant casquette, béret ou, chapeau. A Nancy et à Metz, où j’ai vécu jusqu’à mon départ pour Israël en 1968, les rabbins ne se promenaient pas en kippa. Il y a une quinzaine d’année, en visite en France, j’ai été surpris de découvrir des coreligionnaires dans la rue, qui arboraient la kippa, parfois même, le Shabbat, avec le talith, le châle de prière, sur les épaules. Est- ce pour manifester publiquement leur appartenance à la communauté, au judaïsme? S’agit-il, dans ce cas d’un geste politique? D’une manière d’exprimer une forme de solidarité dans un environnement parfois hostile? Les sociologues devraient peut être étudier ce phénomène qui n’est en aucun cas religieux. On est juif parce qu’on est issu d’une famille juive, qu’on est circoncis, certainement pas parce qu’on porte la kippa.
De toute manière, les terroristes de Daesh, s’en prennent non seulement au Juifs mais aussi aux Chrétiens, aux Chiites, aux Français attablés aux terrasses des cafés, aux amateurs de musique.. Kippa ou pas.
(J’ajoute à ce post: Dans tous les cas le port de la Kippa n’est certainement pas une forme de soutien a Israël. Cela n’a rien à voir contrairement à ce qu’affirme Rony Braumann.)